LE DROIT DE TOUS
A LA DIGNITE

Audience de la Présidente de DSF ONG Christhelle HOUNDONOUGBO au cabinet du president de la cour suprême

Christhelle HOUNDONOUGBO poursuit son plaidoyer pour l’amélioration des conditions de vie des détenus

(La Présidente de DSF-ONG attire l’attention du Président Ousmane BATOKO sur la nécessité d’humaniser certaines  décisions de justices)

L’Organisation non gouvernementale DEFENSE SANS FRONTIERES poursuit sa lutte contre les mauvaises conditions d’incarcération en république du Bénin. Dans la matinée de ce mercredi 15 février 2017, une délégation de DSF-ONG conduite par sa Présidente Christhelle HOUNDONOUGBO a été reçue par Ousmane BATOKO, Président de la Cour suprême à Porto-Novo.
Les échanges qui tournaient autour des conditions de détentions dans les prisons civiles du Bénin ont été fructueux.
L’on ne saurait le dire jamais assez. Les conditions de vie des détenus dans les prisons civiles du Bénin sont exécrables, inhumaines et pathétiques. Le constat fait sur le terrain appelle à la mobilisation de toutes les couches sociopolitiques pour un changement positif. C’est dans ce cadre que l’ONG DEFENSE SANS FRONTIERES, après une tournée effectuée dans les prisons civiles du Bénin, a entrepris depuis peu d’en mettre la puce à l’oreille à certaines autorités politico-administratives du Bénin.
Ainsi, après le Ministre des Sports, le Médiateur de la République et l’Assemblée nationale, la Présidente de DSF-ONG, Christhelle HOUNDONOUGBO, a été reçue dans la matinée de ce mercredi par le Président de la Cour suprême. Eu égard de sa notoriété dans le système judiciaire béninois, DSF-ONG a sollicité le soutien de Ousmane BATOKO pour une amélioration conséquente des conditions de détention dans notre pays.
A l’entame des échanges, c’est le Président BATOKO qui a pris la parole pour remercier et féliciter la Présidente Christhelle HOUNDONOUGBO pour son combat au profit des détenus. « Par vos actions entrant dans le sens d’humanisation des prisons civiles du Bénin, votre ONG devient ainsi un partenaire de la justice dans notre pays le Bénin et même ailleurs. Vous menez un combat noble dont nous sommes tous conscient de l’utilité… Je souhaite que vous élargissiez vos actions de sensibilisation et de plaidoyers au niveau des brigades de gendarmerie et les commissariats de police où les conditions de garde-à-vue y sont aussi déplorables…» a déclaré le Président de la Cour suprême dans son mot introductif.
A son tour, Christhelle Houndonougbo, Présidente de DSF-ONG, a présenté son plaidoyer qui décrit un certain nombre de situations qui rendent inhumains les milieux carcéraux au Bénin. Elle a attiré l’attention sur la constitution d’une base de données pour permettre aux justiciables de bien apprécier les différentes peines auxquelles ils seront condamnés ; car, l’on est tenté de croire que certaines détentions sortent de l’entendement et méritent réflexion. Elle a cité des cas constatés à la prison civile d’Abomey et de Missérété qui frisent à de l’injustice qu’il faut corriger pour la sécurité non seulement des justiciables mais aussi du système juridique dans son ensemble. Aussi, a-t-elle évoqué des cas de vétusté notoire de certaines prisons civiles qui constitue une source d’insécurité pour le pays tout entier. Faut-il le souligner, la plupart de ces questions sont du ressort du pouvoir exécutif. Raison pour laquelle elle pense que son Ong DEFENSE SANS FRONTIERES doit agir pour attirer l’attention des décideurs sur ces différentes situations dans les milieux pénitenciers.
Comme doléances, Christhelle Houndonougbo a appelé l’attention du Président Batoko sur la situation des condamnés à mort après l’abolition de la peine de mort dans notre pays, la situation des peines légères, la création d’un corps spécialisé pour la formation des gardiens de prison comme dans d’autres pays, l’assistance sociale et psychologique, le système de restauration et sanitaire des détenus à l’interne, la dissociation des maisons d’arrêt des prisons civiles et autres.
En réponse à toutes ces préoccupations, le Président Ousmane Batoko s’est montré conscient de la situation qui prévaut dans les prisons civiles pour y avoir effectué des tournées avec ses collaborateurs. Il s’est désolé de la lenteur qui s’observe dans la prise de certaines décisions pour, par exemple, les cas de la non intégration des nouvelles prisons civiles de Parakou et d’Abomey. En ce qui concerne la création d’une école de formation de l’administration pénitentiaire, Ousmane Batoko a cité des exemples de certains pays africains qui font déjà l’expérience avant de rassurer son hôte des diligences que prend le ministre de la justice et son institution pour pallier un tant soit peu ces situations. Il a également approuvé le souhait de DSF-ONG pour l’internalisation du nouveau Code de procédure pénale dont les dispositions, faut-il le souligner, restent encore inconnues de certains acteurs du système judicaire. Pour finir, le Président de la Cour suprême a fortement recommandé que DSF-ONG échange avec le ministre de la Justice,  Garde des sceaux pour lui faire part de ses remarques et observations sur le terrain ; somme toute, des éléments à lui confirmer.

Globalement, l’audience a pris fin sous de bons offices et réconforte Christhelle Houndonougbo et l’Ong DEFENSE SANS FRONTIERES dans cette lutte pour l’amélioration des conditions de vie des détenus béninois d’une part et, d’autre part, la garantie d’une justice juste et équitable pour tous.

CELLCOM / DSF-ONG

Articles similaires

Tournée de l’ONG D... Le 21 décembre 2016, la délégation de DSF-ONG a continué sa tournée dans le département du Littoral. A la prison civile de Cotonou, le Capitaine Sabi KONTO
DSF-Ong reçue en Audienc... CHRISTHELLE HOUNDONOUGBO ÉCHANGE AVEC LE PRÉSIDENT TABÉ GBIAN EN FAVEUR DES DÉTENUS L’ONG DÉFENSE SANS FRONTIÈRES (DSF-ONG) poursuit ses plaidoiries auprès des autorités béninoises pour l’amélioration des
Publication du rapport g... Ce 13 juillet 2017, après plusieurs mois de prospection des centres pénitenciers du Bénin, DSF-ONG publie officiellement le rapport de ces constats. Téléchargez ici le rapport.
Tournée de l’ONG D... Ici, c’est l’exiguïté d’une bâtisse construise depuis les temps coloniaux qui pose problème. Les détenus sont entassés comme des rats et vivent comme si la prison était
Le CSEA d’Agblangandan ... Selon les explications du sieur Maxime, Directeur général du Centre de sauvegarde de l’enfance et de l’adolescence, le CSEA accueille des enfants dits en conflit avec la
Christhelle Houndonougbo ... La Présidente de l’Ong Défense Sans Frontières (DSF-ONG) était dans la soirée d’hier au cabinet du ministre des Sports.  Christhelle HOUNDONOUGBO est allée échanger avec le ministre
Audience de la Président... Christhelle HOUNDONOUGBO poursuit son plaidoyer pour l’amélioration des conditions de vie des détenus (La Présidente de DSF-ONG attire l’attention du Président Ousmane BATOKO sur la nécessité d’humaniser
Lancement du livre «... Vous êtes cordialement invités au lancement du tout premier livre « ACCUSÉE, MAIS PAS COUPABLE » de Madame Christhelle HOUNDONOUGBO le 13 Mars 2017.
La prison civile de Lokos... La prison civile de Lokossa est la seule au Bénin régie par une femme Gendarme. Elle est construite en 1997 pour une capacité de 150 détenus mais
L’ONG DÉFENSE SANS FRO... Le www.dsfong.org est désormais fonctionnel et accessible à tous L’Organisation non gouvernementale DÉFENSE SANS FRONTIÈRES (DSF-ONG) est désormais présente sur la plateforme virtuelle. La cérémonie officielle du
Rejoignez-nous sur : Facebook twitter